Le bénévolat récompensé !

Florence Beyrand, membre du conseil d’administration de l’US Séné, double médaillée de Bronze !

 Médailles de Bronze du bénévolatVendredi soir, lors de l’assemblée générale du Comité Départemental de judo du Morbihan, Florence a eu l’honneur de recevoir la Médaille de Bronze « dirigeant » de la FFJDA pour ses nombreuses années passées en qualité de trésorière puis de présidente du Judo Argoët Golfe.

En janvier dernier, elle avait déjà obtenu la Médaille de Bronze de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif sur proposition de M. Marcillaud, Directeur Départemental de la Cohésion Sociale, et de M. Le Pêcheur, Président du Comité des médaillés jeunesse et sport, pour son engagement associatif dans différentes associations depuis 1990.

« Les structures associatives permettent de proposer à tous des activités qui seraient parfois inaccessibles dans le secteur privé.
Le bénévolat est un don de soi mais c’est aussi l’occasion de recevoir beaucoup et de faire de belles rencontres. Je dédie cette médaille à tous les judokas et à tous les bénévoles du Judo Argoët Golfe qui ont contribué à sa renommée. Avec une pensée émue pour Valérie qui en a aussi été la trésorière durant quelques années. Très sincèrement merci à tous.  »

Remise des nouvelles ceintures

Retour en images sur l’assemblée générale et la remise des ceintures du lundi 4 juin et les examens de passage de grades du samedi 2 juin.

Après les différents rapports, la présentation des comptes et l’élection du nouveau Conseil d’Administration et du Bureau, les judokas ont reçu leur nouvelle ceinture et leur diplôme de grade.
Maxence a été particulièrement applaudi lors de la remise de sa ceinture noire. En effet, il a obtenu sa dernière unité de valeurs dimanche dernier.
Et pour fêter le centième LIKE de notre page Facebook, nous avons offert un sac au logo du club à la famille.
La soirée s’est terminée par le pot de l’amitié.

Décès de notre ancienne trésorière

L’US Séné Judo a le regret de vous faire part du décès de Madame Valérie DIBERDER, mardi 20 mars 2018 à l’âge de 49 ans, des suites d’une longue maladie.

Elle fut trésorière du club pendant 12 ans et continua à apporter sa contribution en restant membre du Conseil d’Administration.

Nous perdons une amie chère et toutes nos pensées vont à sa famille.

La cérémonie religieuse sera célébrée vendredi 23 mars 2018 à 14h30 en l’église Saint-Patern de Séné.

Zoom sur Pierre RICHARD

Le Judo comme Fil d'Ariane

Pierre-Richard-ZoomJ'ai poussé pour la première fois la porte du Dojo du Foyer Laïque de Quiberon en 1976 à l'âge de 8 ans.

Une petite salle très rustique, une bâche blanche recouvrant de la sciure de bois, pas de chauffage et une dizaine d'enfants en action sous le regard impénétrable d'un Jigoro Kano légèrement jauni.

Mes professeurs

C'est aussi à cette époque que j'ai rencontré Mme Janine Gagé. Celle qui restera pour moi mon maître à "penser" arrivait tout droit de St Louis du Sénégal où elle exerça le métier de sage-femme de 1945 à 1964 à l'hôpital public. Son fils, Luc Guyonvarch, y débutera le Judo et deviendra par la suite mon premier professeur.

Suivront Jean-Claude Le Plat et enfin Carlos Fortunez (pendant 10 ans, un très bon souvenir ...)

Ceinture noire et compétiteur

Je suis passé ceinture noire à quinze ans et, intéressé par la compétition, je devais me rendre à Lorient au PLL une à deux fois par semaine pour trouver des partenaires "solides".

C'est donc toujours avec Mme Gagé que j'ai parcouru une grande partie des routes bretonnes pour participer aux entraînements, stages et championnats. C'est aussi au PLL que j'ai rencontré Jean-Jacques Renaud, un enseignant d'un grand professionnalisme qui sera mon maître à "pratiquer".

Considérant que la compétition est un élément fort de l'apprentissage, j'ai donc eu mes petites heures de gloire et une place de 7e au championnat de France cadets restera ma meilleure performance. Je retiendrai aussi une belle victoire lors d'un inter région sur le vice-champion de France de la catégorie (le Vendéen Wilfrid Guiraud).

Début de l'enseignement

En 1988, j'ai obtenu le Brevet d'État premier degré et j'ai donc tout naturellement débuté l'enseignement au FL Quiberon. En 2008, j'ai validé le Brevet d'État du second degré et en 2010, j'ai eu la chance de me rendre au japon pour un stage de 20 jours, inoubliable ...

En 2003, j’ai débuté l'enseignement à l’Uck-Nef de vannes sous la responsabilité de Alain Vernet. Un président de grande valeur qui m'aura marqué par son engagement sans faille (aujourd’hui Président de L'Uck -Nef société et de ses 1400 adhérents).

Toujours sous la volonté d’Alain Vernet, nous avons intégré le Judo Argoët Golfe en 2O11 et j'ai débuté l'enseignement à l'US Séné Judo en 2015 sous la présidence de Pascal Beyrand.

Je resterai aussi très reconnaissant au Professeur Eric Porchet et à ses nombreux bons élèves à qui il a transmis la passion du JUDO.

Zoom sur Anthony LE BOT

Anthony_LE-BOT-zoom

Sur les traces de mon frère

Je viens de fêter mes quarante ans.

Je suis monté pour la premier fois sur un tatami, il y a trente quatre ans. J'ai commencé le judo à Elven. Monsieur Guy GALLAIS a ouvert l'Elvinoise Judo en 1982. C'est mon grand frère, Florent, qui a ramené le virus judo dans ma famille*. Il s'est inscrit dans l'association en septembre 1982. Moi, trop jeune j'allais le voir s’entraîner. Il fallait monter le tatami avant le cours et le démonter à la fin. Des conditions d'un autre temps. 

Sur le tapis à 6 ans

En 1983, j'allais avoir six ans, j'ai pu accompagner mon frère. Nouveauté, le tatami était monté de façon permanente dans une ancienne école rue Sainte Anne. Plus de tatami à manutentionner mais des arabesques de givre sur les fenêtres en hiver. Pas un gros soucis, les professeurs nous faisaient suer. J'ai connu dans mes premières années comme professeurs Monsieur Guy GALLAIS et son fils Pascal, Monsieur Eric LE STRAT, Monsieur Gérard HOEL et Madame Valérie MOLAC.

Premiers titres

En 1987, Monsieur Eric PORCHET est devenu le professeur de l'association. C'est lui qui m'a incité à participer aux championnats. En 1990, je gagne mon premier titre régional benjamin. En 1992, je suis minime et gagne mon premier titre interrégional. Cette même année, je gagne un titre national, mais d'une fédération scolaire (UGSEL). Mes résultats me permettent de postuler pour entrer au Pôle France de Rennes. Là-bas, quatre sections s’entraînaient ensemble, les sport études, les sport universitaires, les sport armées et les extérieurs. Ces derniers étaient des combattants de la région rennaise, mais certains venaient aussi de Vannes, Quimper, Brest... quand les personnes font 400 kilomètres aller/retour pour s’entraîner, ça tricote pas beaucoup sur le tatami. Donc moi, du haut de mes quinze ans, je ne voyais pas beaucoup le jour. En 1994, alors que je suis cadet, je remporte le titre régional junior. C'est une belle période qui se soldera par un titre national cadet et une troisième place au tournoi international de France.

Début de l'enseignement

C'est à cette période que j'ai commencé à encadrer des cours. Ensuite, au niveau des compétitions, je vais devoir attendre 1997 pour redevenir compétitif au niveau national. Après un championnat de France junior raté où je termine 5ème,  je termine également 5ème du tournoi international de France junior, à l'occasion duquel je bats le champion de France en titre par ippon. Pendant les années qui vont suivre, je vais pouvoir m’entraîner avec les athlètes des équipes de France lors de stages à l'INSEP ou ailleurs en France (Aix en Provence, Boulouris, Houlgate...). J'ai été vice champion de France Universitaire et militaire. En 2000, je me classe 3ème des championnats de France D2, ce qui me range dans les vingt meilleurs français de la catégorie. Lors des championnats de France D1, je me classe 7ème, terminant avec une rupture d'un ligament du genou. En 2003, je valide mon brevet d'état et je prends les cours d'Elven et de Séné en charge ainsi que quelques cours de Saint Avé. En 2013, j'ai trente six ans et je remporte la demi finale de championnat de France senior. Aujourd'hui, les compétitions m'attirent toujours. Une échéance à préparer me sort de ma zone de confort.

*Mon frère est ceinture noire 2ème dan et mes deux parents sont devenus ceinture noire en même temps que la maman de Rémi ZADI, membre du bureau de US Séné Judo.